Bolet et Poolay, le magazine de vos campagnes Index du Forum
Bolet et Poolay, le magazine de vos campagnes Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Bolet et Poolay, le nouveau de l'ancien temps.

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Bolet et Poolay, le magazine de vos campagnes Index du Forum -> Les Ecrits du Bolet -> Les anciens parchemins
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Furore
Rédacteur Bolet en chef
Rédacteur Bolet en chef

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2008
Messages: 77
Localisation: Loin
Féminin Lion (24juil-23aoû) 龍 Dragon
Allignement: Neutre

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 13:52 (2008)    Sujet du message: Bolet et Poolay, le nouveau de l'ancien temps. Répondre en citant

Le tofu va avec le Bouftou
Comme le Kwak va avec le Bwak
Tout comme les Bolets vont avec les Poolays


Nous sommes le 25 Novamaire 631, bien avant l'arrivée des aventuriers avides et cupides dont Amakna est rempli de nos jours.

À cette époque les monstres pullulaient et n'étaient pas aussi agressifs. Certains même étaient doués de parole à ce temps-là mais malheureusement pour eux, ont perdu leurs langues à présent. Les monstres étaient bien plus civilisés, les Koalaks par exemple, possédaient de petites huttes, les Craqueleurs possédaient chacun leurs cavernes personnelles meublées. Bref les monstres étaient à leur mieux !


Pendant cette période, les Poolays étaient encore présents dans la région d' Amakna, plus précisément dans les plaines rocheuses que fréquentent actuellement Corbacs et autres infâmes Craqueleurs des plaines. D'ailleurs, à cette époque les Corbacs n'étaient pas présents dans les rocheuses, seuls les Poolays étaient présent avant eux et fréquentait les Craqueleurs. Un peu plus loin, dans les champs de Cania, avant la construction de Bonta, la cité sainte, les Bolets résidaient là où se tient actuellement la ville. Eux aussi étaient à leur mieux, il possédaient de petites maisons faites de paille attachées avec des ficelles de lin. C'était sûrement l'une des plus grandes cité "monstrueuse" de l'époque.
Les Bolets avaient le don de savoir écrire, étant forts intelligents et sages, ils écrivaient beaucoup. Leurs écrits étaient publiés et distribués dans le monde entier. Certains acceptaient le parchemin (Comme les gelées ou les Porkass), d'autres encore les ignoraient (Comme les tofus ou encore les Bouftous), et d'autres ... Étant moins amicaux, seul le Champo revenait transporté par le vent... (Comme par exemple les monstres habitant les landes de Sidimote, ils n'étaient pas très sociables à cette époque...) Un jour, ce parchemin, celui de Novamaire d'ailleurs, arriva chez un Poolay et le Poolay tenta de le lire, comme si son petit cerveau lui aurait permis. Malheureusement, comme tous les monstres qui lisaient ce journal, il le trouva très très pénible et ennuyeux.

Le Poolay qui lut le parchemin s'appelait : Poobelle, surnommé le MalPropre, car il mangeait un peu tout ce qui traînait. Ce dernier, trouva l'idée du journal fort bien, et partit donc en quête de la cité Champignon des Bolets


Quand les grands esprits se rencontrent
ça fait des étincelles
...
Ou des magazines


Une fois arrivé vers la Cité, Poobelle fut confronté aux gardes de la ville. Leur expliquant que tout cela n'était que dans l'intérêt du journal, les gardes le laissèrent immédiatement passer après avoir entendu ses dires. Poobelle fut fort étonné qu'on le laisse passer si vite, mais n'en fut pas moins heureux et chercha où l'ont concevait ce journal. Il finit par tomber sur une grande maison d'où un Bolet sortait munis d'un parchemin. Il lui vola alors au visage :

- Bonjour! c'est ici le Journal Champiolet ? (Tel était le nom du journal à cette époque...)
- Heu... Oui mais nous allons sûrement arrêter, personne ne s'intéresse à notre journal.
- Mais si, j'ai un moyen de vous faire regagner votre public ! Emmenez-moi chez votre Chef, s'il vous plaît.

Le Bolet s'exécuta et conduisit Poobelle jusque au rédacteur en chef, et expliqua que le Poolay souhaitait le voir.

- Bonjour Poolay, puis-je savoir ton nom ?
- Je me nomme Poobelle, Poobelle le MalPropre.
- Hum ! euh... Enchampté, je me nomme Bolero, Bolero le Chanteur.
- Vous chantez ou vous écrivez ?
- Les deux
- C'est-à-dire ?
- J'écris des chansons.
- Ah ! ... Mais je ne suis pas venu pour cela, comme vous avez certainement vu, personne ne s'intéresse à votre journal !
- Oui oui ! Mais nous ne comprenons pas pourquoi, pourtant tous les Bolets aiment !
- Oui mais justement, c'est trop... Bolétisé. Il faudrait... Des jeux! Des interviews ! Des choses amusantes quoi ! Pas de théories de combat aux sabres que vous êtes les seuls à manier.
- Mais c'est très bien les sabres, et puis des jeux, ça sert à rien ! Et qui interviewer ? Un tofu ?
- Non, mais par exemple de grand monstres tels que Le Dragon Cochon ! J'ai ouï dire qu'il s'ennuyait fermement ce temps-ci.
- Pourquoi ne pas faire votre Journal ?
- Car.... nous les Poolays, nous ne savons pas écrire comme vous, nous ne savons même pas du tout !
- Ah bon ? Mais nous allons pouvoir vous apprendre !

Ainsi, le peuple Poolay migra pratiquement entièrement vers la Cité champignon. Les Bolets apprirent à écrire des choses intéressantes et les Poolays apprirent à écrire, ensemble ils formaient un duo de chocs et les monstres d'Amakna adoraient ce nouveau journal.
Ce journal fut d'ailleurs rebaptisé "Magazine" par les Poolays, ils trouvaient ça plus "Kouloss"

1 + 1 + 2 c'est vrai dans toutes les langues
...
Mis à part en Bolet et en Poolay


Plus le temps et le Magazine avançaient, plus les Poolays écrivaient, plus les Bolets imaginaient.
Les premières disputes commencèrent alors, et les Poolays se mirent à faire une moitié du magazine réservée aux Poolays, et les Bolets firent de même. Le magazine se divisa donc en deux. Ce déchirement était tellement fort qu'il se ressentait dans toute la ville. Nous n'étions pas loin d'avoir deux Magazines. Mais depuis la migration des Poolays; beaucoup de temps s'est écoulé... Et les aventuriers arrivèrent ... Les monstres devinrent moins aptes à lire les Magazines et les Bontariens s'installèrent...
Ce fut un massacre, les personnes qui allaient devenir les fondateurs de Bonta, avaient attaqué la cité Bolet sans raison particulière, juste pour posséder le plus de territoire possible. Les Bolets combattirent courageusement et les Poolays couvraient les arrières comme ils pouvaient, moins aptes au combat de corps à corps. Malheureusement ces aventuriers étaient beaucoup mieux équipés...
Quelques Bolets réussirent à fuir la Cité et se réfugièrent dans les champs de Cania, et les Poolays, eux, volèrent, loin... Très loin... Et le Magazine disparut de la région...


Si tu donnes une plume à un humain
Il écrira un jour
Si tu lui donnes une plume et un cerveau
Il écrira toute sa vie


Quand Bonta fut construite, un jeune Éniripsa nommé Kyaltis trouva un Poolay blessé dans une ruelle ; ce Poolay avait survécu tant bien que mal à la guerre et avait réussi à se cacher pendant la construction de la Cité. Ce Poolay n'était autre que Poobelle.
Poobelle qui était encore apte à parler, expliqua ce qu'était le magazine à Kyaltis, Poobelle voulut écrire pour lui montrer mais, une affreuse douleur lui brûla la patte, et il se rendit compte qu'il ne saurait plus jamais écrire ...


Alors Kyaltis accepta de faire ressusciter le magazine. Il écrivait donc ce que lui disait Poobelle, mais restait attentif et apprenait plein de chose sur la façon d'écrire. Il publia le magazine dans Bonta pour la première fois, et ce fut un succès, quoi que certain ne comprenaient même pas le titre et d'autre encore en étaient révoltés par rapport à la guerre qui venait de se dérouler : "Bolet et Poolay, le Magazine de vos campagnes". Poobelle avait tenu à créer ce titre en mémoire du bon vieux temps. Kyaltis avait reçu quelques candidatures, et de nouvelles personnes écrivaient donc avec lui. Poobelle en fut ravi, c'était encore mieux qu'avant car chacun avait ses idées et ses avis.

Un soir, le 25 Novamaire 636, date de l'association des deux monstres, Poobelle était fort malade et rendit l'âme ce jour, Kyaltis fut fort affecté par sa mort et décida de publier un Magazine qui raconta toute l'histoire du journal...
Un groupe de Bontarien fut révolté de la manière dont laquelle on parlait d'eux dans le Magazine. Du fait qu'il soit dit qu'ils auraient tué les Bolets et les Poolays de manières totalement barbare, ils décidèrent donc d'un commun accord d'interdire purement et simplement le Magazine.

Kyaltis partit alors avec ceux qui lui étaient fidèles vers Amakna, et s'y installa tout en continuant à publier son Magazine pour tous les habitants du monde des Douze. Kyaltis mourut le 5 Maisal 637 , tué par un Kwak qu'il avait prit pour Poobelle, car depuis sa mort, il était hanté par l'image de Poobelle, pour lui il n'était jamais vraiment mort...

Un Magazine qui a survécu à une guerre
ce n'est pas un récit de guerre
c'est un récit de paix




C'est ainsi, que grâce au tout dernier Magazine, un groupe de personnes pourrait à nouveau reprendre la direction de ce journal. La demeure de réunion se trouve actuellement dans les Plaines de Cania, dans un local enterré...
_________________
Pseudonyme : --Furore--


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 16 Nov - 13:52 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Bolet et Poolay, le magazine de vos campagnes Index du Forum -> Les Ecrits du Bolet -> Les anciens parchemins Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com